Nos cœurs tournés vers nos frères et sœurs, les plus fragiles…

Nous poursuivons ce temps de confinement avec le désir de rester bien sûr en communion. Ces jours-ci, j’ai l’occasion de rencontrer des membres de notre paroisse par les visites… Ce sont des bons moments… Je vais bien sûr poursuivre en ce sens…
Ce dimanche a lieu la collecte du Secours catholique. Voici des éléments pour éclairer nos consciences…
Voici tout d’abord, les mots de notre évêque

Chers frères,
Lors de la 4ème Journée Mondiale des Pauvres, le 15 novembre prochain, aura lieu la journée de la Collecte nationale du Secours Catholique. Au cœur de son message : « Tends ta main au pauvre » (Si 7, 32) – Le pape nous dit : « Ces mots résonnent encore aujourd’hui, avec tout leur poids de signification, pour nous aider, nous aussi, à concentrer notre regard sur l’essentiel et à surmonter les barrières de l’indifférence. La pauvreté prend toujours des visages différents qui demandent une attention à chaque condition particulière ».
Au sein de nos paroisses, mouvements et services, une attention particulière reste vive pour que notre Eglise continue à être présente aux plus pauvres. Cette journée reste un appel pour qu’au quotidien de nos vies nous gardions vive cette attention. C’est plus que jamais nécessaire pour donner à notre vie personnelle et sociale la bonne direction. Aujourd’hui avec la pandémie, avec une situation économique délicate et des personnes aux ressources amoindries, comment l’Eglise va-t-elle être présente ?
Chaque rencontre avec une personne en situation de pauvreté nous provoque et nous interroge.

_ Mgr Emmanuel Delmas


Je tiens à remercier très chaleureusement, tous les membres de l’équipe du Secours Catholique agissant toute l’année sur notre paroisse Saint Pierre en Vallée. C’est une richesse que la présence de ce groupe pour accompagner des situations et des personnes en fragilité. La charité et les attentions ne se limitent pas à ce groupe. Que toutes les personnes agissant dans ce sens soient aussi vivement remerciées.
Voir la page du diocèse consacrée à la situation des pauvres dans le Maine et Loire

Poursuivons avec un mot sur les textes bibliques de ce dimanche de Jean Dinh…
Chers frères et chères sœurs, nous venons de passer deux semaines du confinement. Le temps passe vite, mais parfois, il est lourd et lent car nous sommes confinés.
Nous arrivons à l’avant dernier dimanche de l’année liturgique. La première lecture et l’évangile de ce 33ème dimanche du temps ordinaire nous présentent deux images ressemblantes, la mère de la famille qui mène sa maison et le serviteur qui fait fructifier les biens de son maître durant sa longue absence. A travers ces deux exemples, les textes bibliques nous donnent une leçon de la fidélité dans la durée. Pareillement, saint Paul dans la deuxième lecture, nous demande de rester « vigilants et sobres » dans l’attente de l’avènement du Seigneur. Cet appel correspond bien à la situation sanitaire actuelle que nous vivons, mais les lectures et l’évangile nous emmènent à la vigilance dans l’espérance à l’avènement du Seigneur.
La première lecture nous montre une femme exemplaire, très active, très généreuse. Elle ne travaille pas seulement dans son intérêt, ni dans celui de sa famille, mais elle ouvre « ses droits en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux ». Elle est un modèle pour nous tous. L’auteur du livre des Proverbes nous montre que la beauté d’une personne n’est pas la beauté externe, l’apparence mais elle est à l’intérieur, dans son cœur, dans ses actes charitables envers les autres, en suivant l’enseignement de Dieu.
Chacun de nous, comment voyons-nous la beauté de l’autre ?
L’Evangile quant à elle nous parle de la parabole des talents (Mt 25, 14-30). Dieu nous demande d’utiliser les dons reçus pour oser agir et surtout passer à l’action. Ainsi, du talent, chacun de nous en a plus ou moins : Une capacité, quelle qu’elle soit, à développer et à mettre au service de ceux qui ont besoin de nous ou qui sont moins favorisés que nous. L’Evangile nous dit qu’un des serviteurs va cacher l’argent confié en terre par peur, par crainte de se tromper, il a peur de ne pas réussir sans même avoir essayé. Combien de fois, nous aussi, par peur du risque, nous n’osons pas mettre en valeur ce qui est en nous. Par peur de paraître, nous n’osons pas nous montrer tels que nous sommes (chrétien). Par peur de mal faire, nous hésitons à franchir le pas. Quel dommage ! Surtout-que nous vivons dans la période difficile du confinement. Certes, il entraîne en nous la pensée de la peur ou de l’incertitude. Mais nous avons la foi et l’espérance chrétienne qui nous rassurent pour avancer et rester fidèle au Christ. Donc que chacun se pose discrètement la question : Combien ai-je reçu de talents ?

Que le Seigneur vous fortifie ! Bon courage pour la suite !
Jean Dinh

Pour finir, sachez qu’un temps d’écoute et de réconciliation sera proposé à l’église de

Beaufort le vendredi 20 novembre de 16h à 17h30


et

Le dimanche 22 novembre à l’église de Beaufort : de 15h à 17h30


Temps de prière, d’adoration avec possibilité de dialogue avec les prêtres de la paroisse (Jean et Luc), de recevoir le sacrement de réconciliation, de pouvoir communier. (merci de suivre la messe le matin...)

Pour le déplacement : cocher la case : Déplacement pour motif familial impérieux...
Venir avec le masque.
C’est dans la confiance que nous avançons, sans savoir de quoi sera fait demain…

Luc BENETEAU